+
vous lisez
Edition Afrique

Le journalisme hyper local en Afrique de l’Ouest

Il faudra désormais compter avec l’Afrique dans le développement mondial de l’information hyper locale. Pourtant, l’hyper local  à « l’africaine » est, en de nombreux points, différent des autres. Focus sur Avenue Afrique.

Depuis plusieurs années déjà, l’information hyper locale se développe à travers le monde et notamment aux Etats-Unis où le New-York Times fut l’un des pionniers en la matière, en créant The Local-The New-york Times afin de diffuser les informations de deux grands quartiers de la Grosse Pomme : East Village et Fort Greene.
Le développement de l’hyper local répond à une demande accrue, de la part des citoyens, pour une information de proximité, une information les touchant directement. Par ailleurs, si certains médias, notamment en Amérique du nord, utilisent la presse papier pour développer l’hyper local, la plupart font appel au blocable. A savoir, l’hyper local via les blogs. Les Etats-Unis, l’Europe, l’Asie se sont mis à l’hyper local. Ne manquait plus que l’Afrique.

En février 2009 est née l’association Avenue Afrique. Cette association via son blog décomposé en ’avenues’, tente de traiter les sujets liés aux capitales d’Afrique de l’Ouest. Le lancement s’est effectué avec la création de l’Avenue 225-Abidjan (Côte-d’Ivoire). Plus tard, naîtra l’Avenue 223 –Bamako (Mali), l’Avenue 221-Dakar (Sénégal) puis l’Avenue 226-Ouagadougou (Burkina Faso). La dernière avenue lancée est la 224 consacrée à Conakry, la capitale guinéenne.

On l’aura compris, l’hyper local africain répond à une logique totalement différente des autres. Plus précisément, le projet est contraire à l’hyper local européen et américain. Là où, en Occident, on recherche une information précise, distincte selon les zones géographiques, Avenue Afrique propose, elle, une centralisation de l’information des grandes capitales d’Afrique de l’Ouest.
A l’heure où les pays des ex-AOF et AEF- bref les ex-colonies françaises d’Afrique de l’ouest- désirent adopter une monnaie commune en remplacement du Franc CFA, Avenue Afrique participe à cette volonté de réunion de ces pays, via son blog.  Avenue Afrique, à son échelle, à sa manière, diffuse l’idée d’une Afrique de l’Ouest unie. Unie dans son combat pour le développement économique, unie dans son désir de plus de démocratie etc.

Par ailleurs, Avenue Afrique, participe à la promotion des nouveaux systèmes d’information sur le continent noir. Les journalistes professionnels, en encadrant et ouvrant la pratique des nouveaux médias aux citoyens désireux de prendre part au projet, permettent le développement et la massification des nouvelles pratiques journalistiques en Afrique de l’Ouest.

Enfin, dans une région du monde où l’information est relativement contrôlée par les pouvoirs publics, Avenue Afrique est une fenêtre d’expression libre du citoyen face à la presse d’Etat où les journalistes et les personnalités politiques se côtoient de… très près.  Cette information citoyenne encadrée par de nombreux professionnels, prend donc ici toute son importance. Elle est également une réponse à certains blogs et sites internet créés par la diaspora africaine en France, en Belgique, au Canada, au Etats-Unis, parfois très dévouée, mais trop éloignée géographiquement de ses sujets d’études pour pouvoir être totalement objective.

Texte rédigé par Giovanni Djossou

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :