+
vous lisez
Edition Afrique

Portrait : Basile Niane, journaliste, blogueur, passionné, engagé

Journalisme et blogging : deux activités qui se croisent, se rencontrent, se chevauchent, sans jamais véritablement se confondre. En Afrique, nombreux sont ceux qui exercent cette double fonction. Basile Niane est l’un d’entre eux. A 28 ans, ce jeune Sénégalais a fait ses galons sur les radios Sud FM et Océan FM. Il est à présent chroniqueur TIC sur la RTS, blogueur de renom sur le MondoblogRFI, coordinateur du projet avenue221, et travaille également pour le premier portail d’informations sénégalais : www.seneweb.com. Un emploi du temps chargé qui n’a pas empêché Basile d’accepter l’entretien proposé par Horizons Médiatiques – Edition Afrique. Avec nous, il revient sur les caractéristiques de ses deux métiers, mais également sur l’espoir que génère la blogosphère pour l’enracinement de la démocratie dans son pays.

Cerise Assadi Rochet pour Horizons Médiatiques : Basile, je crois savoir que vous avez suivi des études d’informatique, avant de vous diriger vers le journalisme. Qu’est-ce-qui a motivé cette orientation ?
Basile Niane : Je suis journaliste par passion. J’adore raconter des histoires, et également découvrir des choses, notamment par le biais de mes voyages. Petit, lorsque je regardais la télévision, je rêvais de reconnaissance publique. Selon moi, seul le journalisme pouvait me permettre de lier toutes ces choses. C’est ainsi que j’ai opéré mon choix de carrière.

CAR pour HM : Depuis combien de temps bloguez-vous, et pourquoi ?
BN : Je blogue depuis plus de 10 ans. J’ai commencé sur des blogs tels que Skyrock, avant de progressivement me professionnaliser, en créant un blog sur lequel je pouvais raconter mes propres histoires. C’est une passion, et également un bon moyen de faire partager mes connaissances.

CAR pour HM : Considérez-vous que le blog est un espace d’expression plus libre que la presse traditionnelle. Est-ce pour cela que vous bloguez ?
BN : Oui, exactement. Quand je travaillais à la radio, et que je réalisais des reportages, il m’arrivait de garder certains éléments, pour les partager avec les internautes. On est forcément plus libres sur la toile que dans le mode réel. Et c’est l’une des raisons pour lesquelles je blogue.

CAR pour HM : Au vue de la situation politique du Sénégal, pensez-vous que les blogs ont joué un rôle important dans l’enracinement de la démocratie dans votre pays ? Sont-ils en ce sens porteurs d’un espoir quelconque ?
BN : Je crois qu’une nouvelle génération passionnée de nouvelles technologies voyage à travers le monde. Tout a démarré avec les printemps Arabes. Aujourd’hui, notre pays n’est pas en reste. Pour la première fois dans l’histoire du Sénégal, le net a joué un rôle très important dans une élection présidentielle. Les blogueurs ont su utiliser toutes les possibilités offertes par les réseaux sociaux, à l’image de sunu2012.sn, et #sunu2012. Aujourd’hui, le fait que les chaînes de télévisions elles-mêmes se basent sur le travail des blogueurs pour diffuser des informations via les réseaux sociaux est évidemment la preuve qu’une nouvelle pensée est née. Avec les blogs, l’information n’appartient plus seulement aux hommes de médias, mais peut-être le fruit de chaque personne, à l’échelle mondiale. Cela n’enchante d’ailleurs pas tout le monde…

CAR pour HM : Qui sont les lecteurs des blogs au Sénégal ?
BN : Les lecteurs des blogs sont généralement des internautes avisés. Si on veut être réaliste, il faut dire qu’ils appartiennent le plus souvent à une élite. Malgré tout, beaucoup de ces internautes ne prennent pas encore les blogueurs au sérieux : pour certains, ils ne sont que jeunes passionnés qui racontent leur vie sur la toile. C’est bien dommage, car force est de constater que les journalistes eux-mêmes s’intéressent aujourd’hui davantage aux blogs qu’à la presse traditionnelle. Ce sont, à mon avis, les blogueurs qui diffusent les bons messages, et la juste information.

CAR pour HM : Le fait que le blogging permette l’expression d’un journalisme engagé pourrait paraître paradoxal. Ne pensez-vous pas au contraire que le journaliste, quel qu’il soit, doit se limiter au faits, en les racontant de façon neutre et objective ?
BN : A l’inverse, le blogging est d’abord une liberté d’expression. Le blogueur doit être libre d’exprimer ses opinions sur la toile. Idem pour le journaliste, à ceci près que ce dernier est astreint à une certaine éthique déontologique. Mais il a le droit, selon moi, de se positionner et d’assumer ses écrits en utilisant son blog à des fins d’expression.

CAR pour HM : Dernière question, un peu indiscrète, gagnez vous financièrement votre vie grâce au bloging ?
BN : Je suis catégorique : le blogging ne me permet pas de vivre comme je veux ! Je gagne ma vie car je suis avant tout journaliste. Je travaille, j’arrive à gagner un peu d’argent avec des formations aux NTIC. Mais bloguer ne nourrit pas son homme. Peut-être qu’avec le temps, les choses vont changer…

CAR pour HM : Merci Basile, et bonne continuation à vous.

Propos recueillis par Cerise Assadi-Rochet

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :