+
vous lisez
Edition Amérique du nord

L‘information sur internet devient payante

Dans la foulée de près de 80 médias du groupe Gannett le Los Angeles Times va devenir payant à partir du mois prochain. Les dirigeants espèrent en tirer des profits substantiels. Mais cet optimisme n’est pas partagé par tous. Explications…

Gannett est le plus grand groupe de presse américain. Un géant à l’américaine. Près de 600 titres de presse et 23 stations de télévisions locales à travers tout le pays. Parmi les noms les plus célèbres on trouve le grand quotidien national USA today. Au niveau local le groupe détient le Arizona Republic à Phœnix ou encore The Courrier Journal à Louisville dans le Kentucky. La liste serait évidemment trop longue à établir en intégralité. Au total le chiffre d’affaire en 2011 est évalué à 5.2 milliards de dollars, soit une baisse de 3.7% par rapport à son précédent exercice. Une baisse qui s’explique par une érosion des ventes et une diminution des revenus issus de la publicité. Un air de déjà-vu. Il faut néanmoins noter que ce passage au payant sera effectif pour tous les médias du groupe à l’exception notable de USA today. Les dirigeants espèrent tirer de cette opération des revenus supplémentaires qu’ils estiment officiellement à 100 millions de dollars.

C’est en s’appuyant sur cette décision que le LA times a justifié par un communiqué sur son site qu’il procédera à la même opération. Et ce dès le 5 mars prochain. Les quatre premières semaines seront facturées 99 cents. Puis le prix sera de 1.99 dollars, ce qui inclut l’édition du dimanche. Les abonnés pourront continuer de s’informer pour 3.99 dollars par semaine. Les abonnés à la version papier du quotidien auront un accès gratuit. Il est possible de ne pas payer mais vous n’aurez alors accès qu’à une quinzaine d’articles sur une période de 30 jours. Pour l’instant les lecteurs utilisant des téléphones portables et des Ipad sont également épargnés. Bref si vous êtes accros au LA times mais pas assez pour ne pas payer il va falloir jouer sur les adresses IP. Si vous avez suivi mon blog depuis le début vous savez que le Boston Globe avait déjà effectué cette opération en septembre. Du côté de la santé financière, les ventes du LA times étaient en baisse de 26% en 2011 malgré le succès du site internet.

Alors rendre payant les sites, solution miracle ? C’est le débat qui oppose aujourd’hui les partisantes et les opposants au passage au payant. Dans le cas du LA times les dirigeants du journal s’appuient sur l’expérience du New-York Times qui est déjà passé au payant sur internet. Selon une de ses porte-parole « les prédictions nous disaient que nous allions avoir une forte baisse de fréquentation mais nous n’avons vu qu’une très légère diminution. »

Retrouvez ici l’intervention de James Harding sur le passage au mode payant (Article diffusé sur BBC News)

En ce qui concerne les médias du groupe Gannett, le journaliste de Forbes, Jeff Bercovici approuve la décision. Selon lui USA Today ne peut pas devenir payant car il fait face à la concurrence nationale de journaux comme le Wall Street Journal. Or USA Today, pour sa diffusion, compte essentiellement sur sa diffusion indirecte via les hôtels, les aéroports ou les lieux publics. En revanche le passage au payant des autres médias devrait provoquer une hausse de 25% des revenus soit environ 100 millions de dollars. C’est en tout cas le pari de l’équipe en place devant les actionnaires.

Mais tout le monde ne partage pas cette spéculation ambitieuse sur l’avenir. Jeff Roberts de paidContent.org est plus réservé dans son analyse. Selon lui « les objectifs se basent sur un renouvellement de presque tous les abonnements aux 80 médias locaux concernés par la mesure. » les prix s’adapteront pour chaque journal. Le groupe parie également sur la demande en termes d’informations locales. Mais en faisant cela le journaliste doute de la capacité du groupe à développer des applications locales efficaces. De plus les journaux en ligne seront financés par les revenus issus de la presse papier. Si la chute de ces derniers venait à s’accélérer cela perturberait le financement des éditions en ligne. Enfin les revenus issus de la publicité sont toujours aussi incertains. L’essentiel des gains attendus seront issus des abonnements.

Dans tous les cas c’est bien un nouveau tournant qui a été pris par les groupes de presse pour continuer à exister. L’information payante en vient à se généraliser. C’est donc sur les contenus professionnels et les applications sur les mobiles que les journalistes s’appuient pour justifier ce passage au payant. Une réponse sur le fond et sur la forme. Les chiffres d’affaires de 2012 seront les révélateurs du bien fondé ou non de cette stratégie.

Texte rédigé par Jean Bernard Bossu

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :