+
vous lisez
Edition Monde Arabe

Un réseau d’information alternative sur la toile Tunisienne

Des ateliers de formation au journalisme citoyen sont créés sur l’ensemble du territoire Tunisien. Les maisons de jeunes s’improvisent en véritables rédactions d’où émanent une source d’information locale fiable qui concurrence l’agence de presse TAP.

Sous le régime Ben Ali, quelques coups de téléphones suffisaient à dissoudre une information. Quand les premiers soulèvements avaient lieu dans les contrées reculées du pays, les titres des journaux de la capitale relataient de banales « agitations ». En l’absence d’antennes locales des groupes médiatiques et de presse régionale écrite et radio, seule l’agence de presse TAP est encore à même de reporter de manière professionnelle ce qui se passe dans les régions.

Un des objectifs de la révolution est de mettre fin à cette impasse médiatique. Les citoyens tunisiens sont parvenus à en sortir provisoirement en partageant massivement des informations sur les réseaux sociaux et les blogs. Des groupes facebook sont créés pour relayer les informations locales, comme c’est le cas de la page Feriana news qui couvre les actualités d’une commune d’environ 25 000 habitants et qui compte plus de 2000 fans. Mais ces initiatives ne répondent pas aux impératifs d’analyse et d’enquête. Il s’agit dès lors de créer des structures autonomes mêlant temps, moyens et savoir faire. Des associations de blogueurs ainsi que des ONG parviennent à réunir des financements dans ce but. C’est par exemple le cas de l’organisation non gouvernementale Speak up Tunisia.

Mais le projet le plus ambitieux reste celui mené par le site participatif nawaat.org. Orchestré conjointement avec le ministère de la jeunesse et le groupe Canal Franc International, il vise à la création de structures locales unifiées sur un réseau national qui pourrait à terme concurrencer la TAP. Des formations au journalisme citoyen sont créées dans les maisons de jeune des villes de petite et moyenne taille. On y enseigne les techniques de reportage, de rédaction et d’édition web. Des centres ont déjà vu le jour à Sidi Bouzid, Kasserine, Kebili, Gafsa et Siliana. D’autres clubs seront créés prochainement, l’objectif étant de couvrir les 330 maisons de jeunes que comptent le territoire Tunisien. Des reportages ont déjà été publiés sur le site officiel des centres.

Depuis la Révolution, les administrateurs de Nawaat sont passés du statut d’exilés politiques à celui de représentants de la société civile. De part les nombreuses activités qui s’y déroulent en toute transparence (un hackerspace, ateliers opendata, réunions de hackers…), les locaux du site sont des lieux de passages pour les ministres et les agences publiques de télécommunication : Nawaat est devenu un partenaire incontournable des autorités. Houssem Hajlaoui est responsable du projet côté nawaat et webmanager du site. Nous lui avons posé trois questions au sujet de la création de ces clubs.

Horizons médiatiques : Pourquoi ces centres de formation au journalisme citoyen?

Houssem : Nous militons pour une info locale et décentralisée. La réforme des médias est un chantier énorme. Nous y participons en créant des médias alternatifs indépendants, qui incitent aux débats sur des problématiques locales. A terme le but est d’avoir un réseau national comprenant un maximum de bureaux possibles, des sortes de « petits nawaaat » collaboratifs, et de faire en sorte que tout soit lié à l’ensemble national.

Qui est impliqué dans la création des clubs ?

Le ministère de la jeunesse est un appui physique, en nous donnant accès aux maisons de jeunes et à certains financements. CFI prend en charge les professionnels qui seront chargés des formations : Deux animateurs par ville forment une dizaine de personnes. Ces dernières deviendront à leur tour des formateurs qui seront les véritables créateurs des clubs. Nawaat s’occupe de faire le tour des centres et du maintient de la coordination des projets.

Pourquoi avoir axé vos formations sur internet ?

Commencer par le web est beaucoup plus facile que monter un journal ou une télé. Mais les clubs ont la liberté de faire ce qu’ils veulent. Dans un des centres ils veulent créer une webradio. Un journal citoyen, ce serait énorme. Nous à nawaat on essaye de rester focalisés sur le fond. On sait pertinemment que ces actions vont déboucher sur d’autres projets.

Texte rédigé par Cyril Fourneris

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :