+
vous lisez
Edition Europe

n0tice, nouvelle étape pour le Guardian Media Group dans la course à l’ »open Journalism »

n0tice est un projet d’information locale participative lancé par The Guardian en Octobre 2011 (n0tice.com) sous une version beta. Il revient en mars dernier sur le devant de la scène, dans un habillage officiel, avec une version définitive ouverte au public, de nouvelles fonctionnalités et un principe de viabilité économique innovant.

Le projet n0tice avait fait une timide entrée en fin d’année sous une version beta ouverte à un nombre restreint d’utilisateurs. Il s’agissait d’une plateforme communautaire d’information en ligne, utilisant la géolocalisation pour offrir aux collaborateurs un panorama des nouvelles locales en lignes. La communauté a été ensuite ouverte au public en mars 2012.

Le groupe lance cette fois-ci une version revisitée de n0tice, avec un panel d’outils que l’on retrouve sur n0tice.org. Le site répertorie les différentes manières d’utiliser sa plateforme, une page étant dédié à chaque type d’utilisateur: particuliers, marques, groupes, développeurs. L’accent est mis sur la pédagogie, avec un soupçon de marketing: n0tice veut visiblement rentrer dans les usages et devenir un outil commun de partage d’information en ligne.

n0tice suit la nouvelle tendance qui touche presque tous les médias aujourd’hui: la personnalisation. Ouvert aux particuliers comme aux entreprises et aux communautés, il propose d’ouvrir une page personnalisable, à l’exemple du blog, regroupant un fil d’actualités locales (évènements, nouvelles, offres commerciales) mis en ligne par l’entité ou le particulier. N0tice espère ainsi toucher un panel élargi d’utilisateurs.

Pour quel type de contenu ? n0tice offre à ses utilisateurs un large choix puisqu’il est possible de diffuser n’importe quel type de contenu multimédia, du simple texte au tweet en passant par les photographies, vidéos et pistes audio. Un système de commentaires et de vote vient relier la communauté d’utilisateurs, les “n0tice-ers” : une étoile “intéressant” servant de validation.

N0tice tente également d’offrir un modèle économique viable à ce projet d’information locale et hyperlocale: les revenus sont issus de la publicité (elle-même ciblée). Les bénéfices sont partagés entre n0tice et l’utilisateur à hauteur de 25-85%. C’est là une avancée intéressante en la matière, les projets d’information hyperlocale (en particulier aux États-Unis) ayant souvent souffert de leur manque de viabilité économique.

Texte rédigé par Marie-Charlotte Dapoigny

About these ads

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :